dimanche 7 juillet 2013

[Test] The Last Of Us

Mais que font les rédacteurs de ce blog ? Hein, quoi, deux semaines déjà qu'aucun article n'est publié! La réponse est simple, on prépare notre survie au cas ou un virus parasite des insectes muterait pour s'adapter à la biologie du corps humain! Bon d'accord, je vous vois rigoler depuis votre siège derrière votre ordi. Jouez d'abord à The Last Of Us, et on en reparle après ?



Une gifle technique


Je n'ai pas l'habitude de commencer par une conclusion, mais sachez que si TLOU a tant de bons échos c'est amplement mérité. Ce studio de chiens méchants nous avait laissé une oeuvre magnifique avec la trilogie Uncharted (NDLA : les abonnés au PlayStation Plus de 2013 pourront d'ailleurs s'essayer au dernier opus). Des millions de joueurs les attendaient donc au tournant, et Naughty Dog a une fois de plus grave assuré. Afin de ne pas vous gâcher le plaisir, je ne parlerai absolument pas du scénario en dehors de la trame globale. Je vais juste essayer de vous relater au mieux mes impressions.
La nature reprend possession des villes
On va commencer par le character design. La séquence d'intro nous montre une fille et son papa, à la cool. Scène d'anniversaire, les garçons s'identifieront immédiatement au père, blagueur, protecteur et charismatique, alors que les filles se projetteront dans Sarah (la fille de Joel), petit morceau fragile et attentionné, au comportement mature pour son âge. Passé cette scène, le joueur prend les commandes de Sarah qui se réveille en pleine nuit. La TV annonce une catastrophe. On regarde par la fenêtre. La ville bouge, ça explose. Les voisins nous agressent. Oui, ça craint et il faut s'enfuir! Première séquence gameplay du jeu, où l'on doit éviter des ex-voisins devenus zombies. Sachez que si vous avez retenu vos larmes à la fin de The Walking Dead - saison 1, vous  aurez probablement à vous retenir dès la séquence d'intro de TLOU! Graphiquement, c'est aussi la claque. En fait autant que pour Uncharted, avec des décors globalement plus variés et toujours très détaillés. Scénaristiquement, c'est également très bon. On part dans un thème déjà vu et revu ( The Walking Dead, Je suis une légende, Resident Evil ou plus récemment World War Z...), mais le jeu arrive à nous surprendre, car le tout est bien amené et l'intrigue politique sur fond de conspiration gouvernementale et de mouvement rebelle (les Fireflies) est intéressante. Alors à moins de haïr les zombies, vous accrocherez !

Le gameplay

Bien souvent la discrétion est la meilleure solution!

Certes, Naughty Dog a donc réussi à instaurer un univers cohérent et des personnages charismatiques. Mais que fait on avec tout ça ? Hé bien, on explore, on dégomme des humains, on dégome des humains infectés, et on stresse! Si la première heure de jeu est surtout destinée à camper l'intrigue politique et instaurer l'ambiance, le reste de la partie mettra vos compétences de gamer à rude épreuve. Pas de grosse révolution mais les mécaniques sont impecablement huilées. L'héritage technique des autres titres du studio se ressent beaucoup, cependant beaucoup de choses sont remaniées. Un peu plus lent que le héros de Uncharted, plus lourd, les déplacements de Joel accentuent le coté angoissant de l'univers. De même pour les parties d'escalade, si un Nathan Drake une Lara Croft grimpent sur les parois verticales tels des ninjas sous EPO, on a droit ici des mouvements bien plus réalistes. Avant de grimper, il faudra d'abord trouver une échelle ou une planche, la poser contre le mur, etc... Autre exemple marquant : quand on pénètre dans des couloirs sombres peuplés d'infectés (heureusement, on est équipé d'un masque à gaz), il faut allumer manuellement la lampe torche, qui a un angle d'éclairage très faible. Il faut également veiller à se déplacer silencieusement, afin d'économiser les rares cartouches de pistolet. Plus angoissant que horrifique, TLOU respecte les codes du survival horror, distillant l'adrénaline entre deux frissons. La caméra est gérée différemment des TPS actuels et permet de se déplacer en regardant dans le dos du personnage (ce que je ne vous conseille pas si vous voulez survivre :P ). J'ai gardé le meilleur pour la fin : il est possible de crafter ses armes. Comme dans Tomb Raider, vous pouvez récupérer diverses pièces et améliorer votre équipement. Vous pouvez également utilisez des pilules qui améliorent les capacités physiques (un comble quand on sait que le cordyceps est aujourd'hui utilisé pour booster les performances des sportifs!) et permettront de choisir un style de jeu de plus en plus typé selon les compétences débloquées. Enfin, Le jeu dispose d'un mode multi avec des types de jeux inédits (création de clans, survie au jour le jour, etc) qui rend sa durée de vie plus que conséquente !

Un bel adieu à la PlayStation 3


Naughty Dog s'impose définitivement comme le studio star de la PS3. Cumulant profondeur scénaristique et le sans fautes technique, leur dernier bébé peut être considéré comme l'apogée du survival/action sur la plateforme PlayStation 3. Bouleversant, haletant, trépidant, on ne ressort pas indemne de l'aventure proposée. Vu qu'aucune suite n'est annoncée, TLOU est à considérer comme un bijou vidéoludique unique, dont vous reparlerez probablement avec nostalgie dans vingt ans!


Les moins :
Quasiment rien... Préférez la Vo à la VF (synchro des anims)
Les plus :
De la survie en classe AAA. 
Un multijoueur original.
 Scénario et personnages au top.

La note finale :


3 commentaires:

  1. Très juste d'avoir noté que le jeu n'est pas un "Survival horror" comme les autres. Plus oppressant que vraiment "horreur".

    Dans les moins j'aurais mis quelques bémols tout de même : un début de jeu très difficile à lancer.

    Du moins, c'est le point négatif le plus "saillant" du jeu ... ;) Après, cela reste surtout du détail. ;)

    RépondreSupprimer
  2. "je ne parlerai absolument pas du scénario en dehors de la trame globale" et pan tu nous balance direct que joël a une fille au debut du jeu alors que le prologue n'a jamais été dévoilé dans les tests :/

    RépondreSupprimer
  3. Je n’ai pas encore essayé le jeu, mais j’ai visionné la séquence d’intro et elle m’a vraiment donné la motivation de l’essayer !

    RépondreSupprimer

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !