mercredi 26 février 2014

Quelle batteries pour votre console portable ?


La guerre de l'énergie


Ce gros boîtier ? Oui, c'est un accessoire
nécessaire pour utiliser la SEGA avec des piles. 
Dans les supermarchés des années 90, s'il y a un rayon que les gamers fréquentaient (outre le rayon consoles bien sûr), c'est le rayon des piles. Epoque bénie par Duracell, Varta ou Panasonic... puisque toutes les bécanes portables de l'époque avaient en commun de ne procurer à leurs joyeux propriétaires que quelques heures de plaisir... On oublie souvent ce point, mais c'est bien cette question de l'énergie qui permis à la (désolé, je me refuse d'utiliser le masculin pour cette console...) Gameboy d'écraser pendant plus de 10 ans l'intégralité de ses concurrentes. Ces dernières bénéficiaient pourtant d'atouts séduisants pour l'époque : écran couleur, rétro-éclairage, processeurs compatibles avec les machines de salon (vous imaginez la puissance d'une PS4 dans une portable aujourd'hui?). Mais voilà, quand une frugale Gameboy Pocket se contentait de 2 piles AA (aussi connu sous le nom de LR6) lors des départs en vacances, il fallait souvent s'équiper avec l'indispensable cordon allume-cigare, et prendre le risque de vider la batterie 12V de la voiture des parents si l'on comptait jouer avec sa Sega ou sa Nec. Jugez par vous-même : une Gamegear en pleine santé possède avec ses 6 piles entre 3 et 4 heures d'autonomie, à condition d'être équipée de piles AA de grande marque. Les plus malins investissaient alors dans un kit de piles rechargeables 1,2V avec le chargeur adéquat, ce qui avait pour avantage de réduire la facture sur le long terme... et pour inconvénient de réduire encore l'autonomie - la faute aux éléments chimiques constituants les accumulateurs qui ne permettent de ne délivrer une tension nominale de 1,2V par élément, contre 1,5V pour des piles non-rechargeables.


Pourquoi les autres n'avaient rien compris :


Une option aujourd'hui
invraisemblable...
J'ai cité la Gamegear qui est probablement la plus connue en France, mais on trouvait encore pire élève : la Turbo Express / PC Engine GT (appelée la Rolls des portables) mettait entre 2h30 et 3h pour vider six piles LR6. Oui ça fait juste une dizaine de petites parties... Quant à l'Atari Lynx, elle ne faisait guère mieux.
Le point commun de ces trois portables couleur ? Elles embarquent carrément un néon, très consommateur d'énergie pour fournir le rétro éclairage de l'écran! La seconde tentative de Sega fut la Nomad, disposant cette fois d'un écran plus moderne. Mais l'alimentation nécessitait toujours 6 piles AA qui devaient être "rajoutés" à la console via un gros boitier à accrocher à l'arrière (voir photo)! Sur sa face avant une seule LED était présente, indiquant une suele information : le fatidique et inexorable "batterie faible". On pourrait penser que Nintendo était plus malin, mais il aura fallu l'échec cuisant du Virtual Boy (six piles AA pour 6 heures de jeu) pour que Big N devienne conscient de l'usage qui était réellement fait par les joueurs. La conséquence de ces échecs fut radicale, puisque ces consoles n'ont même pas été exportée vers l'Europe. C'est seulement en 2003 que Nintendo prit enfin la décision de proposer un écran lumineux, accompagné d'une batterie 3,6V Li-Ion d'une capacité de 700mAH en interne ! La Game Boy Advance SP était ainsi la première portable à proposer environ 10h de jeu pour 3h de charge. Pourquoi avoir attendu les années 2000 ? Quelle est la différence entre les “battery pack” SEGA et les batteries qui équipent les Gameboy SP et Nintendo DS ?

Les différentes technologies de batteries :


Malgré un logement à piles plus discret que chez Sega,
la Lynx n'est pas moins gourmande pour autant.
Ce sont principalement deux technologies d'accumulateurs qui sont mises à disposition du consommateur. Il s'agit des batteries NiMh et les batteries au Lithium (Li-Ion voire Li-Po), chacune ayant des caractéristiques différentes. Les batteries NiMh coûtent moins cher tandis que les Li-Ion ont une plus grande capacité pour un encombrement égal. Les NiCd que l'on pouvait trouver avant les NiMh sont à oublier. Si Nintendo s'est refusé à intégrer des NiMh (le Li-Ion était encore inabordable dans les années 1990) c'est surtout parce que cette technologie nécessite une grande attention pour maintenir leur performance. En effet, s'ils sont utilisés avec une charge partielle, ou s'ils sont rechargés alors qu'ils ne sont pas totalement vidés, leur capacité nominale va être grandement affectée : c'est ce qu'on appelle l'effet mémoire. Les Li-Ions sont beaucoup moins sensibles à ce problème ainsi qu'à l'auto-décharge, mais leur chargeur doit alors être ”intelligent” car une surchauffe ou un court-circuit pourrait les faire exploser. Ces piles au lithium sont souvent utilisées pour la sauvegarde mémoire, c'est ce qui est utilisé par exemple sur les cartes d'arcade MVS ou CPS-2 afin de maintenir la mémoire RAM sous tension quand la borne d'arcade n'est pas alimentée par le courant.
Pour cette raison de sécurité, si vous cherchez à alimenter vos vieilles consoles portables dévoreuses de piles, il faudra se tourner vers des accumulateurs NiMH (> 2000 maH pour être tranquille) et si possible de marque. Les fabricants les plus réputés sont Sanyo Eneloop (marque notamment choisie par Apple pour ses propres accus ou encore Ansmann. Sachez en effet qu'un accu Eneloop 1900 mAh tiendra mieux la charge qu'une marque de supermarché, pourtant avec une capacité supérieure sur le papier.

Conseils pour le NiMH


Avant d'investir dans des accumulateurs grande capacité, gardez en tête ces quatre conseils :
  • Pas de surcharge, ne rechargez que le nombre d'heures nécessaire pour atteindre la capacité max de vos accus (nombre de mah des l'élément rechargeable à diviser par le débit en mah / heure du chargeur)
  • Préférez un chargeur lent et non un chargeur rapide
  • Appairez vos accus, ne rechargez des accumulateurs ensemble que s'ils ont été déchargés simultanément dans le même appareil
  • Essayez au maximum de réaliser des cycles complets, c'est-à-dire de vider complètement l'accumulateur avant de le mettre en recharge.
Attention, pour les consoles récentes intégrant leur propres batteries, n'appliquez surtout pas ces conseils! Les batteries LiIon, n'apprécient surtout pas les décharges complètes. Cela risquerait de grandement nuire à votre PlayStation Vita équipée de batterie… inamovible!

2 commentaires:

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !