dimanche 2 novembre 2014

[Test] Race The Sun (Vita / PS3 / PS4 )


Race The Sun fait partie de ces projets indépendants montés par une équipe de taille miniature (deux frangins) et créés avec un maximum de passion. Comme bien souvent dans ce genre de création, le concept se veut extrêmement simple. Ici, c'est un avion solaire qui doit avancer sur un parcours semé d'obstacles. Chaque mètre parcouru rapporte de points, et c'est tout, le scoring et les trophées remplissent le reste. Le leitmotiv de Flippfly : des jeux "nouveaux, fun, honnêtes et propres". Ont-ils réussi leur pari ?


Des ingrédients subtils...


Le minimalisme est de rigueur.
Flippfly est allé droit à l'essentiel. Pour développer leur concept, c'est la voie de la simplicité qui a été choisie : 3D non texturée, musique planante, et menus minimalistes (pour ne pas dire baclés).
Les graphismes ont une petite touche qui évoquera tantôt les plus mauvais jeux de la Nintendo 64, tantôt les meilleurs intros de demomaker sur Amiga. C'eût été une prouesse admirable si Race The Sun avait été une démo tenant sur 64ko sortie il y a dix ans. Mais il n'en est rien puisque les 111 Mo du jeu proviennent de Unity - un moteur 3D multiplateforme simplifiant le dévelopement de jeu sur les plateformes modernes (y compris les PlayStation). Voilà qui est dit : graphiquement c'est original, mais c'est fade. J'ai eu le même ressenti quant à la musique : une piste unique, pas forcément inspirée, qui a heureusement le mérite d'être assez neutre pour ne pas prendre le chou. Quant aux menus, ils complètent le style amateur des 90's, tout en étant inconfortables au possible. Le concept en lui même est vu et archi revu : il s'agit d'un jeu d'évitement comme il en existe des dizaines sur l'Appstore ou sur Facebook (Subway Surfers, Rocket Bird, etc...). Bref, ce jeu fleure à plein nez le freeware amateur. Mais c'est en fait un gameplay soigneusement réglé, qui retiendra notre attention sur Race The Sun.


...un concept basique...


Vous ne rêvez pas, c'est bien un Super Star
Destroyer. Malheureusement totalement statique.
La base de Race The Sun est une course contre la montre. Avant que le soleil se couche il va falloir foncer, en évitant une foultitude d'obstacles au moyen de mouvements latéraux. On contrôle donc uniquement la direction gauche/droite avec le stick gauche, l'accélération est automatique à condition de ramasser les power-ups d'énergie à chaque niveau. Le parcours est découpé en niveaux, qui s'enchainent sans aucun chargement et permettent au joueur de souffler un peu car les obstacles qui défilent mettront les nerfs et le self-contrôle du joueur à rude épreuve.
Le jeu se basant sur du scoring, un leaderboard est mis à disposition. Bon point : le leaderboard propose deux classements distincts : l'un quotidien et l'autre absolu, avec un filtre permettant d'être mesuré directement aux performances de ses amis PSN. Manque de bol pour moi, après avoir arraché un score de quasi 2 Millions de points (screenshot à l'appui!) mon score n'apparait pas dans le classement mondial, et aucun de mes potes n'a encore joué au jeu. Enfin bon, tant pis, après tout, je n'ai pas eu besoin de mesurer la taille de ma,euh mon score pour apprécier les parties.

... pour un tout plaisant!


Le parcours d'obstacles est dynamisé
par ces énormes blocs qui s'écroulent.
Mais pourquoi apprécie-t-on Race The Sun au juste ? Peut-être parce qu'un système d'objectifs bien foutus procure un fort sentiment de progression après chaque partie. Peut-être parce que le terrain est régénéré aléatoirement toutes les 24 heures. Peut être aussi parce que la maniabilité est excellente et procure des sensations fortes à chaque obstacle évité. Ou encore parce que passé le quatrième niveau, on circule à une vitesse folle entre les énormes colonnes qui explosent dans tous les sens, sans aucun ralentissement. Oui finalement, c'est peut être ça la raison principale qui pousse à se plonger dans la course à l'évitement : passer des niveaux dans Race The Sun, c'est un peu comme prendre le périph' à contre-sens en moto... ça ne sert à rien, mais qu'est ce que c'est grisant!

Conclusion


"Prenez un concept simpliste, mettez-y des menus moches et ajoutez des loadings rébarbatifs. Si vous vous débrouillez bien, vous arriverez peut-être à faire un très bon jeu arcade." C'est un peu la recette de conception de ce jeu. Cela parait paradoxal, mais il en faut pas oublier que l'essentiel, c'est le gameplay, et sur le fond, j'ai bien aimé Race The Sun. En apportant aux joueurs satisfaction et sensations fortes, il en aurait fallu peu pour obtenir un excellent titre. Comme pour tous les jeux de scoring, sa durée de vie dépendra de votre obstination. On aurait aimé un concept un peu plus poussé et une technique moins "minimaliste". En tout cas, si les high-scores et le pilotage de fusées sont votre tasse de thé, foncez, vous serez comblés!

Les moins :
Loaaaaaaadings
Des menus crades et mal pensés
Durée de vie moyenne
Les plus :
  Sentiment de progression
Gameplay grisant
Cross buy PS3 / PS4 / Vita

 

La note finale :


Télécharger Race The Sun sur le Playstation Store (Fr)

Lecteurs, la parole est à vous, laissez un commentaire sur cet article!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !