jeudi 16 juillet 2015

[Test] Broken Age (Vita / PS4)


Il y a une sortie dont j'aurais du vous parler depuis déjà bien longtemps sur le blog. Il s'agit d'un des dernier titre du studio Double Fine Productions. Ayant été élevé au point n'click des années 90, je suis un fervent amateur des productions de ce studio indé qui fut constitué par les anciens de la team Lucasfilm Games (la grande époque du jeu d'aventure : Day Of The Tentacle, Zak McKraken et sa chiptune phénoménale, Sam & Max...). Broken Age c'est donc un jeu d'aventure pur sang, sorti le 28 avril 2015 sur notre PSN français. Ca parle d'adolescence, d'exploration spatiale, de vierges sacrifiées, et le teaser avait l'air fun et mignon. Entre mon penchant pour les jeux d'énigmes 2D et son prix modeste (grâce à un financement par crowdfunding), j'ai craqué dès le jour de sa sortie. Le titre se vend une vingtaine d'euros (incluant deux épisodes réunis ensembles), en cross-buy PS4 et Vita. Toutefois sachez qu'il est également dispo sur tout un tas d'autres systèmes : PC, Mac et même Linux et Ouya sont de la partie. L'achat est d'autant plus recommandable en ce moment puisqu'il est en soldes sur le PSN (-25% si vous faites vite). J'avais donc toutes les bonnes raisons pour partager avec vous cette découverte vidéoludique!

La vie, Shay pas toujours fachile



La patte artistique est légère et originale
On dit que la première impression est celle qui reste définitivement. Ca tombe bien puisque Broken Age m'a séduit dès les premières minutes. Pas de chichi, un clic sur  "Nouvelle partie" plonge le joueur directement dans le jeu et laisse  admirer un travail artistique qui force l'émerveillement. En effet les décors semblent être peints à la main, ce qui donne un style poétique rappelant un peu des titres comme Tearaway ou encore The Whispered World. Me voici donc dans la peau de Shay, un jeune spationaute et chef de bord, responsable d'un vaisseau interstellaire. La classe, c'est le métier que j'ai toujours rêvé de faire IRL Sauf que... "chef de bord" c'est vite dit, car on se rend compte très rapidement que les missions proposées ne sont que des simulacres créés par l'I.A du vaisseau. Une I.A qui se comporte en mère poule, et dont la seule mission est d'écarter tout notion de danger de la vie de Shay. Elle créée donc des missions dans le seul but de le divertir et de le protéger de son envie d'exploration. Frustré et avide d'aventure spatiale, Shay se retrouve ainsi à échafauder plusieurs stratagèmes pour tenter d'échapper à cette I.A étouffante. En déjouant la sécurité du vaisseau, on rencontre alors un mystérieux renard qui pourrait bien changer le cours des choses... Voilà matière à proposer un paquets d'énigmes que les joueurs se feront une joie de résoudre!

Sacrifices de vierge è_è


Les dialogues prennent une dimension cinématographique.
Pendant ce temps là, la jeune Vella, à peine arrivée à l'âge majeur doit se dépêcher... Elle doit enfiler sa plus belle robe, et se préparer avec sa famille pour le méga évènement de Sucreval, son village natal. Le méga évènement en question est une offrande de vierges à Mog-Chothra une bête immonde, sorte de croisement entre Cthuluh et le monstre du Loch Ness, qui vient chaque année sélectionner et enlever les plus belles filles des villages de la région. Je ne peux vous en dire plus sans vous gâcher le plaisir de découvrir cette histoire à la fois inquiétante et loufoque, digne d'un rêve éveillé. Le destin de cette attachante Vella est donc entre vos mains au même titre que celui de Shay, car il est possible à n'importe quel moment de switcher de personnage. Une grande liberté d'action, deux aventures pour le prix d'une et un scénario qui fleure bon le destin croisé : que demander de plus ? Cette pirouette scénaristique a également l'intérêt de permettre de continuer la partie même quand on fait face à une énigme un peu trop coriace. J'avoue, ça m'est arrivé malgré mon coté vieux routard du jeu d'aventure .
Le chara design se veut charismatique au possible.
Sans vous en dire plus sur ces destins croisés brillamment entremêlés, le thème commun sur la fuite du quotidien m'a vraiment plu. La narration du parcours de deux adolescents se rebellant contre les dogmes de leurs sociétés respectives a réussi à me toucher. D'une manière générale, je trouve qu'il est rare qu'un scénario de jeu amène à une vraie réflexion existentielle. Digne d'un conte philosophique, Broken Age arrive à véhiculer toute cette richesse d'une manière simple et naturelle, en donnant l'impression d'évoluer au sein d'un livre pour enfants. Si la recette fonctionne bien, c'est certainement grâce à la beauté de ses décors, au style léger et adorable, à ses animations parfaitement maitrisées, et à sa narration. Il faut dire que le casting de Broken Age est à proprement parler exceptionnel : Elijah Wood  ou encore Jack Black font partie des acteurs qui ont prêté leur voix pour le doublage des dialogues!

Conclusion 


Broken Age est un nouveau chef d'oeuvre de Double Fine Productions. Magique, intelligent, drôle, les qualités de la narration de cette aventure ne manquent pas! Les personnages sont attachants, et il est difficile de ne pas se sentir impliqué dans le destin de ces deux ados auxquels on s'identifie facilement. Alors si bien sûr vous cherchez un dévouloir, préférez foncer sur CallOf ou Wolfenstein, mais si vous avez envie de vous évader avec une belle histoire empreinte de philosophie, vous vous délecterez de chaque minute passée devant ce jeu d'aventure. Par bonheur, la réalisation est au niveau du scénario, avec un univers graphique au style original et très esthétique, ainsi qu'une réalisation sonore absolument impeccable. Un jeu à mettre entre toute les mains, que je recommande pour jouer en famille ou avec son enfant. Cerise sur le gâteau : vous vous rappelez l'époque ou je pestais systématiquement contre les release en démat' only ? Même si le jeu ne sortira jamais en version boite, Tim Schafer a cherché le moyen de se faire pardonner en offrant un bonus sympa. Double Fine propose donc aux passionnés le making of de Broken Age en direct download ! What else ?!


On aime :
La maturité du scénario
Son look n'feel "peinture"
Ses doublages bluffants
Cross buy et cross save
La compatibilité Vita TV
Le making-of offert
...

On aime pas :
buter sur une énigme trop difficile
(heureusement il y a sa soluce)

La note finale :

La nouvelle référence du point n'click !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !