dimanche 8 novembre 2015

[VROUM VROUM] Mes impressions sur Driveclub / PS4

A l'heure de la sortie de Driveclub Bikes, soit à peu près un an après tout le monde je découvre enfin... Driveclub ! Un comble puisque je suis pourtant grand amateur des jeux de course automobile, aussi bien à la sauce arcade qu'en mode simulation. Hé bien ce week-end, j'ai eu le plaisir de corriger le tir, grâce à un lot reçu de la part du truculent Alex Effect dont je ne peux que vous recommander la lecture de son excellent blog - où l'on y trouve de très bons articles de fond, de vraies critiques ainsi que sa fameuse création : les TGFA. Mais revenons à nos moutons. Après avoir passé plusieurs heures sur le jeu ces derniers jours, j'avais envie d'écrire ce petit billet, histoire de capturer mon impression à chaud. Ce weekend spécial Driveclub a été le grand kiff pour moi. J'étais vraiment fan des jeux d'Evolution Studio sur PS3 (j'avais même poussé jusqu'à l'obtention du platine de MotorStorm Apocalypse) et je dois dire que je commençais à trouver le temps long avant la sortie d'un Gran Turismo 7... J'ai donc été comblé par ce jeu qui réunit le meilleur des deux mondes ! D'une part, la technique est maitrisée : framerate à 60fps constant, modélisation physique hyper intuitive avec des transferts de masses aussi clairs que de l'eau de roche et un rendu à tomber par terre entre les décors à couper le souffle et les véhicules parfaitement représentés. C'est ir*ré*pro*chale. Pour moi, Driveclub enterre GT5 grâce à des temps de chargement très réduits et une qualité visuelle un cran au dessus, grâce à la résolution en HD native (je n'ai pas touché à GT6 car je n'ai fini le mode carrière du 5 qu'à 70%).

Certains décors ne sont pas sans rappeler le vénérable Sega Rally.

Coté gameplay, c'est moins sérieux qu'un GT, et je dois dire que ça fait du bien, car on ne se sent plus obligé de relancer la course au moindre petit virage un peu raté. Toute erreur est rattrapable dans Driveclub car l'objectif c'est le fun avant tout, la technicité du pilotage ne vient qu'après les sensations. Ca brûle de la gomme au démarrage, ça crisse et ça drifte, c'est aussi jouissif qu'un Initial D Extreme Stage, la difficulté et les voitures nippones en moins. Pour les à-cotés, ni permis ni tuning (autre que de la custom de peinture) mais un mode online avec un système social que j'ai trouvé admirablement moderne et bien foutu - explications. Sur certaines sections des circuits apparaissent en surimpression des défis affichant le score de vos amis. Ces défis consistent  par exemple à maintenir une vitesse moyenne, à réaliser un gros score de dérapage ou à suivre une trajectoire parfaite. Autre feature bien pensée : à chaque contre-la-montre, le fantôme des amis vient se greffer dans votre course de manière toute naturelle. Enfin, à chaque partie, vous pouvez générer un défi à envoyer aux contacts de sa friendlist. Ce coté communautaire est diablement efficace pour motiver le pilote à enchainer les tours ! J'ai également apprécié que ces fonctionnalités ne soient pas réservées comme le multijoueur aux membres PS+ puisque je ne suis plus abonné actuellement (j'attend juste un mois avec de vrais jeux, huhu #notroll). A la liste des abonnés absents, j'ai regretté qu'il n'aie aucune voiture japonaise (tellement dommage quand on a gouté à l'agrément de conduite des coupés jap'). Mais le gros manque c'est surtout l'absence de mode 3D stéréoscopique. Sérieux les gars, vous savez que j'ai investi dans un téléviseur 3D qui me faisait un rendu des particules fabuleux sur GT5 et Motorstorm Apocalypse ? Amis éditeurs et développeurs : sachez que la 3D stéréo, c'est une fonctionnalité géniale et qui ne coute presque rien à développer ! Bon et à part ça, ce week-end s'est soldé par une véritable avalanche de trophées, car non content d'être un easy-platine, ce Driveclub dispense de l'or et de l'argent à tout va, rien à voir avec les jeux de Polyphony Digital...

Une vue intérieure parfaitement jouable. Quel plaisir.

Merci encore à Alex donc... Grisé par la vitesse, mordu par le coté social, et impressionné par la qualité du rendu : ça faisait bien longtemps que je n'avais pas été accroché comme ça, si bien que je suis maintenant à peu près sûr que je me laisserai tenter par un Driveclub Bikes une fois que j'aurais décroché ce futur platine !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !