mercredi 28 octobre 2015

[Test] Samurai Warriors 4-II (PS4)

Parfois il y a des jeux que l'on attend avec impatience. Annoncés en grandes pompes, teasés jusqu'à la moëlle, ce sont les jeux que l'on attend au tournant et qui doivent tenir leur promesses à tout prix, au risque de voir le moindre faux pas critiqué par leur fanbase. Et puis il y a les autres : les outsiders. Ceux qui rentrent par hasard dans notre ludothèque et qui, par force de surprise et de bon goût, restent dans nos consoles durant de longs mois. Vous le savez à force de me lire je suis un peu mordu de culture japonaise. Le trailer de ce Samurai Warriors 4-II (aussi connu sous le nom de Sengoku Musō en VO) qui fleurait bon l'action et l'ère féodale m'avait bien alléché. J'ai donc été faible, et j'ai décidé de me dévouer pour que toi, lecteur tu saches si oui ou non ce jeu mérite d'entrer dans ton caddie lors de ta prochaine visite hebdomadaire à Auchan. En avant donc pour un test qui va parler de beat them all bien bourrin, de samurai, et de sengoku (NDA : Sengoku Jidai veut dire "âge de guerre" et désigne l'époque de turbulence politique sur l'archipel asiatique entre le 15ème et le 16ème siècle).

Seul contre tous


Non non, ce combo n'est absolument pas abusé, je vous assure!
Pour commencer, quelques explications sur la saga Samurai Warriors. La série n'étant pas aussi répandue chez nous qu'un Final Fantasy, cela mérite quelques éclaircissements. Samurai Warriors est un jeu sorti en 2004 sur PS2 proposant d'incarner un officier nippon prenant part aux guerres de seigneurs antérieures à l'unification de l'archipel du Japon. Plusieurs épisodes suivirent, et Samurai Warriors 4 fut le premier épisode à venir sur PS3. Cette révision 4-II est une version améliorée du quatrième opus ; mais c'est surtout le premier épisode à pointer le bout de son nez en HD sur PS4, même s'il existe également une version PS3 à peu près tout aussi belle, mais avec moins de combattants à l'écran. Et croyez moi, des combattants, il y en a! Là où les beat'em all classiques opposent généralement le joueur à une poignée de dix douze opposants simultanés, Samurai Warriors 4-II remet les pendules à l'heure et pose ses couilles sur la table affiche une démesure sans limite. Le jeu nous fait affronter une armée entière de guerriers nippons, représentée par des centaines de modèles 3D s'animant simultanément à l'écran, et ce sans aucun ralentissement... Je peux vous dire que ça claque pas mal! C'est une véritable guerre féodale qui se déroule sous nos yeux en temps réel, les soldats en armures traditionnelles courent, crient, agitent leurs casques et leurs armes blanches, ou fuient. C'est beau, c'est fluide, c'est coloré, et ça fourmille tellement qu'on passe souvent plusieurs secondes à essayer de repérer son perso à l'écran! Les soldats agissent avec une certaine logique de groupe, avec leur officiers-commandants, leur porte-bannière (booste le moral des troupes), et leur barricades. Couplé à la map miniature affichée en continu en haut de l'écran, on peut même dire que Samurai Warriors 4-II revêt un petit coté tactique (soit dit entre nous, c'est pas un STR non plus hein). Entre deux missions sur le terrain, on peut en effet visionner l'évolution des troupes -ennemies comme amies- au cœur de la bataille.

Battez-moi tous ces types !


Les attaques en duo déclenchent une cinématique spéciale donnant double dose de dégâts!
À la différence des précédents jeux de la série Samurai Warriors, dont le scénario explorait les différentes régions du Japon féodal, ce nouvel épisode s'intéresse aux personnages eux-mêmes, racontant leur histoire propre, et inspirée des faits historiques ayant amené à l'unification du Japon. Une fois choisi le protagoniste, on a donc accès à plusieurs missions qui introduisent le passé et les ambitions des héros. J'ai trouvé ce format très adapté pour découvrir la série, bonne nouvelle puisque j'avais peur d'être un peu perdu en débarquant sur ce titre sans avoir fait les épisodes précédents. En tant que bon platineur j'ai bien entendu tenté ma première partie en mode difficile, mais j'ai bien vite ravalé mon ambition, et j'ai compris que j'allais devoir looter un max d'items pour avoir le niveau d'équipement requis! Ma seconde partie, en mode normal a été moins éprouvante. J'ai été galvanisé par l'incroyable bande-son mélangeant eurodance et sonorités nippones traditionnelles. Je me suis laissé emporter par un combo du type carré-carré-carré-triangle-répétez, et j'ai assisté à du grand spectacle (ou "du grand n'importe quoi" selon ma femme qui regardait l'écran derrière moi :P). Je n'ai certainement pas compris toute la richesse du gameplay du premier coup, car malgré la tendance au button-mashing, le système de jeu recèle beaucoup de subtilités (attaques à cheval, jauge de Musou et jauge de spirit pour activer le Rage mode). Du coup, on se laisse facilement emporter par l'incroyable affrontement auquel on assiste en tant qu'acteur principal. Attaque spéciales dévastatrices, enchainement de combos x1000, déclenchements de furies combinées... C'est du bourrin, c'est facile d'accès sans être simpliste, ça excite la rétine et bien sûr ça défoule un max. Annoncé comme "la meilleure version de Samurai Warriors à ce jour", on a droit bien sûr à une durée de vie faramineuses (bonne chance pour les trophy hunters qui finiront toutes les missions des 13 chapitres et qui déboiterons les challenges Endless Castle), ainsi qu'une finition tip top : un mode coop en ligne jouable pour n'importe quel mode de jeu, quatre mode challenge qui permettent de gagner des items rares utilisables dans le mode story, un système de magasin, un système de craft/améliorations d'objets sans oublier un système de compétences par persos...
Les cinématiques qui expliquent la vie des protagonistes sont extrêmement propres.





 

Conclusion


Un peu en marge des grosses sorties mainstream du moment, aka MGS V et Uncharted : The Nathan Drake Collection, Samurai Warriors 4-II joue la carte de l'exotisme, et le fait franchement bien. Spectaculaire, exaltant, il vous donnera votre dose de combats sanglants entre clans et seigneurs de l'ère Sengoku. Le jeu est extrêmement défoulant, et propose une durée de vie FA-RA-MI-NEUSE. Ses musiques envoûtantes, ses graphismes colorés et ses protagonistes dignes des chevaliers du zodiac mettent à l'honneur l'animation impressionnante en 60fps des milliers de soldats à l'écran -de quoi faire chauffer votre console pour l'hiver! Étant nouvel arrivant dans cette franchise je n'ai absolument pas été perdu car cet épisode met le focus sur l'histoire des personnage et le scénario se révèle ainsi des plus abordables. Du grand spectacle et une bonne surprise.

Génial car :
Du Japon féodal.
Des environnements très variés.
Des femmes ninja à grosse poitr...
 Des modélisations féminines avantageuses.
 Un nombre d'ennemis à l'écran impressionnant.
 Coopération online sur tous les modes de jeu.
 Grosse durée de vie.

Mais parfois un peu ...
fouillis.
 répétitif à la longue.


La note finale :


UN GRAND DEFOULOIR !
NB : Le jeu est trouvable en version physique localisée Fr, et en version dématérialisée sur le PSN.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !