mercredi 13 avril 2016

[Test] Day Of The Tentacle Remastered (Vita / PS4)

Qu'y a-til de plus excitant pour un étudiant en sciences que de visiter la maison d'un savant fou ? C'est accompagné de Laverne et Hoaggie, ses deux acolytes, que le très pragmatique Bernard Bernouilli va partir dans une expédition, entre urbex et sauvetage du monde, dans la maison du professeur Ed Edison. En effet ce vieux savant fou a malencontreusement contaminé la rivière locale avec des déchets toxiques. Et comme une galère n'arrive jamais seule, son ami le tentacule pourpre a bu la substance polluante est s’est soudainement mis en tête de conquérir le monde en asservissant la race humaine.
Oui, je vous l'accorde, il n’aura fallu que 90 secondes environ avant que le scénario parte totalement en vrille. Bienvenue dans le monde loufoque de Day Of The Tentacle Remastered, un chef d'oeuvre de 1994, réédité en cross play sur nos vénérées PS4 et Vita !

Le jour de l'attente t'accule


Ce mec a une sainte horreur des cerisiers...

Quelques petits mots sur l'accouchement de ce projet : initialement produit par LucasArt Games (la division jeu des studios de Georges Lucas, le papa de Star Wars) les rumeurs sur l'existence d'un remaster PS3 allaient bon train après le portage des deux épisodes de Monkey Island en 2011. Mais le succès commercial n’était pas au rendez-vous pour ces aventure à la sauce caribééene, éteignant par conséquent le feu sous la marmite du potentiel portage de DOTT. Puis vint l’évènement de la revente intégrale des licences LucasArt à Disney, qui n’était intéressé que par l'IP Star Wars. Les irréductibles fans faisaient déjà leur deuil des retrouvailles avec Pourpre et Bernouilli. Bref, obligé de se rabattre sur  les autres sorties point n' clicks (comme les Chevaliers de Baphomet ou encore Grim Fandango). Mais voilà, du jour au lendemain, la bonne nouvelle tombe dans nos boites mail : on apprend que les petits gars de Double Fine (le studio indé fondé par le créateur du jeu dix ans plus tard) ont quasiment finalisé une version du fameux portage! Un développement chaotique qui aboutit donc sur un happy end... Mais fermons la parenthèse et parlons plutôt du jeu en lui même!


Aide Edison


Quinze and plus tard, le travail sur l'animation des personnage est toujours aussi délicieux.


Une fois plongé dans la partie, on sent tout de suite que le portage mise avant tout sur la fidélité à l’oeuvre originale. Séquence émotion pour les fans de la première heure qui retrouvent cet intriguant générique d'introduction, dans lequel une petite voiture sillone une route sinueuse entre collines et vallons, la lumière des phares balayant la route. A bien y réfléchir, cette cinématique synthétise à elle seule la plupart des qualités du jeu : une animation cartoonesque à souhait, des gags à chaque nouvel écran (ou presque), des bruitages capables de plonger le joueur dans cet univers de dessin animé, et un déroulement abracadabrantesque. Note amusante : j'ai appris pour l'occasion que c'était un jeune stagiaire qui avait réalisé cette intro devenue culte (merci les carnets de dévelopeurs sous la forme de commentaires audio, à l'instar de Grim Fandango Remastered). En parlant des ajouts, l’autre fonctionnalité exclusive consiste à pouvoir switcher entre les graphismes très pixelisés d’origine et les graphismes remasterisés, et ce à n'importe quel instant. C’est en faisant joujou avec cette fonction (il suffit simplement d'appuyer sur select) que l’on se rend compte combien justesse et précision ont pu compter lors de la réalisation. J'avais un peu peur pour la qualité des graphismes en sachant que le ratio d'image passait de 4:3 à 16:9. Pourtant ni les décors, ni les personnages n'ont été déformés (ouf!) grâce à l'ingéniosité des graphistes. Sur le plan de l'ergonomie, les commandes point + click se jouent facilement grâce au tactile ou au stick gauche qui déplace le curseur. L’ajout d’un menu contextuel lors du click sur les objets du décor facilite les interactions par rapport au système verbe + objet de 1993, et on prend très rapidement le pli pour effectuer les actions désirées. . Les animations sont toujours aussi bien réussies, que ce soit celles du déplacement des personnages (avec leur démarches façon Looney Tunes), celles du langage corporel (le savant fou qui se frotte les mains, le rockeur qui rote, l’étudiant qui remonte les lunettes sur son nez) ou même celles des dialogues, tellement bien faites qu’on a l'impression que les voix digitalisées sont synchronisées avec les mouvements faciaux. En fait, on se rend compte que le jeu original n’avait pas vraiment besoin d’être retouché pour être génial.

Ne ménagez pas vos méninges


Bernard Bernouilli, en train de sauver l'humanité.
S'il y a un truc qui me rebute bien dans ce genre de jeu, c'est de rester bloqué et d'essayer 50 fois d'absurdes combinaisons d'objets en mode "brute force"... Si vous craignez vous aussi ce syndrôme, rassurez vous, car en ce qui concerne les énigmes, j'ai trouvé Day Of The Tentacle un poil plus accessible que les autres jeux du studio (après s'être tordu les neurones sur Broken Age, là, c'est du gâteau !). Je dois avouer que j'avais déjà fini le jeu une fois il y a quinze ans (à l’aide de la soluce), mais j’ai réussi à avancer dans cette version HD pendant une petite dizaine d’heure sans bloquer. Soit 75% de completion d'après le compteur de la sauvegarde. La loufoquerie n’empêche pas la logique des puzzles, et arrive à mettre en équation toutes les composantes du scénario pour nous creuser les méninges sans nous rendre chèvre. La notion de voyage dans l’espace-temps et l’échange d’objets entre personnages rend les énigmes particulièrement intéressantes (pauvre hamster...).  Le gros atout pour ceux qui n'aiment pas tourner en rond : la résolution des puzzles n’a pas besoin d’être linéaire. Autrement dit, si vous êtes bloqué avec un personnage, vous pouvez très bien switcher pour avancer sur un autre bout de l'aventure. Cette non-linéarité fait que je déconseille bien évidemment l’usage d'une soluce, car en cherchant la réponse à une énigme, il y a de fortes chances que vous lisiez par inadvertance la solution à d’autres parties du scénario de votre partie perso. Préférez donc l'usage de Twitter, des forums, ou même directement en postant un commentaire sur ce blog pour ne pas vous retrouver d'un spoil inopiné. A ce titre, il n’existe pas de système de hints, même si un surlignage des objets interactifs est activé lors de l’appui sur haut . De quoi aider à retrouver un item qui passait inaperçu, ce qui débloque parfois quelques situatio (en plus, aucun trophée n’est invalidé par ce système, alors profitons en!). Comme d’hab' avec Tim Schafer, les énigmes et les dialogues (en VOST très bien traduits) pointent du doigt quelques problèmes profonds de notre société : politiciens démagogues, fonctionnaires administratifs bornés, vétéran lobotomisé par la guerre, pollution environnementale, science aveugle, soif de pouvoir et d’argent... Les caricatures de notre société occidentale dénoncent grâce à l’humour et à l’absurde. Joueur enfant dans les années 90, j’avais été enchanté par les visuels attrayants. Cette seconde lecture en tant que joueur adulte m’a fait apprécier DOTT d'une manière bien plus profonde. Vous l'aurez compris, ce jeu d'aventure est une petite merveille qui a très bien vieilli et qui n’a pas grand chose à envier aux productions point’n click contemporaines...

En résumé


Malgré un parcours de développement assez houleux, ce remake est de très bonne facture. Tel un bon vin de garde, Day Of The Tentacle a conservé toute sa saveur, année après années. Double Fine a apporté juste le necessaire afin que les joueurs fin gourmet puissent déguster ce chef d’oeuvre culturel dans des conditions optimales.
Pour 15€ en cross-buy, c'est donc une très bonne occasion :
- pour les nouveaux : de découvrir un poin't and click loufoque aux dialogues hilarant
- pour les gamers barbus  : de se replonger dans les casse-têtes épiques et totalement décalés d'une oeuvre fondatrice.
La durée de vie est correcte pour un jeu du genre, surtout lorsque l'on sait que l'ancêtre Maniac Mansion est accessible sous la forme d'un jeu dans le jeu!

Parmi les points forts :

- Le retour d'un monument du jeu d'aventure 2D
 - une VOST de qualité
- des animations super soignées
- l’équilibre entre logique et loufoquerie
- cross buy et cross save

Malgré tout :

- auncun système de hints intégré pour les joueurs bloqués

La note finale :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !