lundi 5 décembre 2016

[Bande annonce] Yakuza Kiwami

Yeeehaa ! Après la bonne nouvelle de la localisation de Yakuza 0, on apprend que Yakuza Kiwami sera lui aussi disponible en version localisée en occident. Edité par SEGA et Deep Silver, cet épisode est en fait le portage PS4 de l'épisode par lequel tout à commencé, sorti initialement en 2006 sur PS2. Nécessaire à la compréhension de la saga, l'épisode avait eu droit à un portage sur PS3 et WiU (Ryu Ga Gotoku 1&2 HD) mais celui-ci était réservé au territoire japonais. La compréhension du japonais et l'import étaient donc des conditions sine qua non pour bénéficier des graphismes HD et du support des trophées. Autant dire qu'une partie du public était passé à coté de ce bijou vidéoludique... Avec son scénario rempli de twists et son gameplay brutal, j'ai hâte de rejouer à ce jeu sur PS4 surtout que cette version "extrême" (traduction littérale de "Kiwami") se voit dotée d'un contenu enrichi  : quêtes supplémentaires, + de mini jeux, nouvelles cinématiques et un certain nombre de "surprises".

D'après yakuza.sega.com la sortie est prévue pour l'été 2017, en versions physiques (<3) et dématérialisé. On dit merci tonton SEGA (on attend plus que Yakuza 6 et les spin off médiévales Kenzan) !


Kiwami relate l'arc original de Yakuza. Au début du jeu, le protagoniste de l'histoire, Kazuma Kiryu, est injustement accusé du meurtre du patriarche de sa famille et jeté en prison. Pour compliquer encore les choses, durant les 10 ans qu'il passe derrière les barreaux, Kiryu est non seulement banni des Yakuza par son clan, mais 10 milliards de yens disparaissent du trésor du clan. Un malheur n'arrivant jamais seul, la petite amie de Kiryu a également disparu. Toute la pègre japonaise est à la recherche de l'argent disparu, et Kiryu est livré à lui-même. Alors qu'il essaie de retrouver la trace de sa petite amie, il rencontre une orpheline, Haruka. Plongé dans un monde d'intrigues et de trahisons, Kiryu ne s'arrêtera devant rien pour laver son honneur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !