mercredi 13 décembre 2017

[Avis] Xenon Valkyrie + (Vita)

Si j'avais l'âme d'un explorateur spatial, je pense que je passerais mon temps à aller explorer des grottes et des souterrains sur des planètes éloignées. Ca à l'air cool dit comme ça, mais c'est vachement risqué vous me direz ! C'est pour ça que j'emmènerais avec moi un blaster et une épée. Après tout, quand on fait de la spéléo spatiale, on ne sait jamais trop sur quoi on tombe. Et surtout, pour me préparer au maximum et mettre toutes les chances de mon côté, je m'entrainerais d'abord en jouant à (ProjectXenon Valkyrie (+) sur Playstation Vita ! Tenté par l'aventure ? Allez viens, on va bien s'amuser !

Rogue à Billy


Mon perso s'arrête devant les restes d'un touriste imprudent, preuve que les tongs sont déconseillées en sorties spéléo !

Xenon Valkyrie est un roguelike spatial en pixel art. Derrière cette étiquette un peu pompeuse, il faut comprendre que le but du jeu est d'explorer des niveaux aléatoirement générés et que chaque partie implique de tout recommencer à zéro. "Quoi, de zéro ? Vous voulez dire que le permadeath est systématiquement activé ?", s'exclama Martine du secrétariat. Exactement, Martine, je vous confirme qu'on n'est pas ici pour rigoler. Car Xenon Valkyrie + est là pour nous apprendre la prudence, l'anticipation, et la mesure du risque. Un concept qui mettra certes nos nerfs à rude épreuve, mais qui offrira la contrepartie de nous préparer au mieux à l'éventualité d'une mission d'exploration spéléologique sur une quelconque planète inexplorée.

L'amour du risque



En vrai, les types de Diabolical Mind (le studio derrière ce soft) ne sont pas si sadiques que ça. En effet, au cours des runs, le joueur aura l'occasion de débloquer de manière permanente quelques bonus qui faciliteront la vie lors des explorations. Et heureusement, car avec une simple épée, la tâche de trouver un téléporteur vers le niveau suivant n'est pas chose aisée tant les pièges paraissent nombreux de prime abord. Chauves-souris qui volent dans la tronche, monstres explosifs, piques hors du sol et bestioles sautillantes se feront une joie de venir diminuer la (minuscule) dizaine de points de vie accordée à notre avatar en début de partie.
Entre chaque niveau il est possible de se ravitailler à l'épicerie du coin en se tapant la causette avec les PNJ.

 "Mais alors, c'est comme dans Spelunky ?", m'interrompit Martine. Oui Martine, absolument, Xenon Valkyrie + est fortement inspiré de Spelunky (mais en plus beau). On retrouve la même structure de niveaux : 2 sous-niveaux, puis un boss, pour un total de 7 mondes, et le même type de progression : le mot d'ordre est donc : on descend jusqu'à trouver la porte de sortie pour se téléporter au tableau suivant. Le parallèle s'arrête là. Pour avancer toujours plus loin, il faudra réussir à débloquer les bonus permanents, et pour cela, acquérir des fragments de "Teamerites". Ces cailloux précieux sont généralement obtenus dans les lootbox offertes après avoir vaincu un boss.

Les armes puissantes se trouvent exclusivement dans les coffre. Leur liste est consultable depuis le vaisseau.  


Il ne faudra pas oublier également de récupérer méthodiquement toutes les clés pour accéder au contenu des coffres. En effet, ces derniers contiennent une arme oscillant entre plutôt pas mal et carrément puissante. Au joueur ensuite de faire progresser son perso en dépenser des points de talent en phase avec le type d'arme trouvé. C'est grâce à ce mécanisme que Xenon Valkyrie + trouve le moyen de nous rendre accroc : le hasard joue une part à la fois subtile et décisive sur la partie, et pousse délicatement le joueur à retenter sa chance encore et encore...

Cheval qui rit


Le design de Xenon Valkyrie évoque autant les Bitmap Brothers que H.R. Giger


Si l'on prend plaisir à refaire maintes fois le même voyage dans ces niveaux, c'est également parce que les décors et le design sont un vrai plaisir pour les yeux et les oreilles. Le pixel art maitrisé mêle un style à mi-chemin entre les univers manga et les oeuvres de H.R. Giger. A noter qu'une inutile option graphique de lissage des pixels est disponible, pour transformer les superbes sprites en bouillie floutée (qui ne servira qu'en cas de sortie sur une TV 4K). La partie audio n'est pas en reste avec des compositions chiptunes inspirées qui auront réussi à réconcilier mes oreilles avec le genre (de plus en plus insipide tant certains developpeurs indés abusent de la recette...). Pour finir, la durée de vie est fort appréciable (une bonne dizaine d'heures à vue de nez) sachant que son développeur a eu le bon goût d'ajouter un trophée platine.

En résumé



Si un jeu comportant “Xenon” dans son nom ne pouvait pas être fondamentalement mauvais, force est de constater que Xenon Valkyrie + propose une expérience de jeu sur Vita des plus agréables. Parties courtes, enjeux fort, difficulté exigeante et maniabilité réussie : le gameplay est à la fois simple et équilibré, même s'il paraitra abrupt à certains. Avec ses décors 16 bits sublimes, ses niveaux aléatoires, et sa centaine d'armes différentes, Xenon Valkyrie + se hisse sans problème aux cotés de La-Mulana ou de Spelunky, dont il est un peu le cousin façon Sci-Fy.


Les points forts :

- L'exploration des grottes spatiale, c'est la vie !
 - Bonne maniabilité
- Style graphique et sonore

Les warnings :

- Le guide de démarrage est trop succinct
- A quoi sert le chronomètre ?

Note finale :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si tu as aimé mon billet, j'aimerais bien le savoir ! Et si tu n'as pas aimé aussi : bref, la parole est à toi !