jeudi 5 septembre 2019

[Test] Wreckfest (PS4)



Parmi les titres immanquables qui ont fait la fierté du catalogue PlayStation en 1995, Destruction Derby compte parmi les plus marquants. Son gameplay brut de décoffrage était soutenu par une 3D à la fois fine et fluide pour l'époque. Avec Destruction Derby, le jeu de course automobile se retrouvait marqué d'un vent de brutalité : le premier simulateur de stock car était né! Un quart de siècle plus tard, alors qu'aucun titre n'a vraiment réussi à s'installer comme la nouvelle référence, THQ Nordic ressuscite la violence au volant en publiant Wreckfest. Wreckfest, qu'on peut traduire littéralement par "fêtes aux épaves", était déjà sorti en 2018 sur PC. Il déboule en ce mois de Septembre pour nous faire oublier la rentrée, dans une version optimisée pour PS4. Le but avoué est de nous faire passer un bon moment entre tôle froissée et bruits de moteurs à carbu. Le pari est-il réussi ?


Mobilités alternatives



Comme j'ai l'habitude de dire, à mon ami chanteur : "le menu du jeu est sans fioriture, Patrick". Une page pour choisir mode carrière / course simple et multijoueur, et on se retrouve sur la liste des épreuves, classées par niveau d'expérience. C'est pas très lisible (depuis la sortie, un patch 1.04 a d'ailleurs changé la disposition des éléments du menu) mais c'est pas grave puisqu'il suffit de martèler le bouton croix de la DualShock 4 pour lancer la course.


Je me retrouve soudain sur une... tondeuse à gazon en plein milieu d'un champ, sonorisé par une musique métal comme seul les gens du nord savent la composer. Gros moment WTF, jusqu'à ce que je comprenne qu'il s'agit d'une arène dont le but n'est bien évidemment pas de raser l'herbe du sol, mais plutôt de cartonner gentiment ses voisins afin de causer un maximum de dégâts sur leurs machines. Ca surprend, mais c'est fluide, et ça tourne avec des pixels bien plus fin que chez les cousins du même genre (comme Gravel ou V-Rally par exemple). J'ai trouvé cette intro complètement rocambolesque, et donc géniale. Anecdote totalement off : j'ai appris que ce genre de compétition existait en vrai. Grâce à Wreckfest, on mourra donc moins bêtes... ou pas ! 


Le fair-play après tout



A l'heure où les muscle cars laissent leur place au véhicules électriques, Wreckfest prend le contrepied des tendances IRL et tente de convaincre les joueurs que l'odeur du pétrole et du pneu brulé c'est agréable. Et je dois dire, qu'à grand coup de dérapages contrôlés et de dépassements 100% illégaux, les arguments de Bugbear Entertainment et THQ Nordic sont biens efficaces! La physique des gros tas de feraille (de préférence américains) est tout à fait crédible, et on prend rapidement un malin plaisir à rouler comme un vilain chauffard pour grapiller quelques places au classement de la course.

Les dégâts cosmétiques constituent une récompense visuelle complètement jouissive. Au tout début, on perd seulement le pare-chocs, on a une portière qui ne tient plus. En insistant un peu, on finit rapidement les courses avec des caisses vraiment dans un très sale état... C'est plutôt rigolo, surtout que la voiture reste contrôlable, bien qu'on ressente les déformations dans le comportement routier du véhicule! L'IA permissive donnent un challenge qui éloigne toute frustration. C'est un véritable plaisir de foncer dans les concurrents qui portent tous des noms ridiculement virils comme "Sledgehammer" ou "Starscreamer".

Avec de telles qualités, Wreckfest aurait pu prétendre être sur le podium des jeux de caisses 2019, en particulier au vu de son tarif abordable (29,90€ à sa sortie). Quelques imperfections viennent troubler le tableau idyllique dans la partie mais rien de bien méchant : je trouve que les décors manquent de variété, d'autant plus que la météo reste calée au beau fixe. J'ai regretté également que le mode tuning ne soit guère plus qu'une anecdote justifiant le gain de monnaie virtuelle lors des courses.


En résumé




Que vous trouviez injustes les règles de fair-play dans GT Sport, ou que vous rêviez d'être proclamé champion de drift en tondeuse autoportée, Wreckfest est fait pour vous! Magnifique hommage à la référence du stock-car sur consoles, le jeu s'appuie un moteur physique abouti doublé de graphismes fort stylisés. Le gameplay apporte une dose de fun énorme grâce à certaines épreuves complètement débiles ou d'autres musclées et joussives. On comprend le message au bout de quelques minutes : Wreckfest constitue un défouloir fort recommandable pour les amateurs de véhicules à moteur. Merci Bugbear, merci THQ !

Les points forts :

- Un bon gros défouloir
- Bande son métal de qualité
- Des épreuves totalement WTF
- Moteur physique aux petits oignons

Les points faibles :

- Décors un tantinet monotones
- Le tuning anecdotique


Note finale :


Vidéo de gameplay



2 commentaires:

Jude a dit…

J’ai eu l’occasion de jouer à « Wreckfest » et j’ai pris du plaisir. C’est vraiment amusant et divertissant de détruire les véhicules des adversaires. Ce jeu est idéal pour passer du temps avec ses amis.

Cecilia a dit…

Avant de lire ton article, je ne connaissais pas ce jeu. Je t’avouerais toutefois que tu m’as donné d’y jouer. J’ajoute tout de suite Wreckfest à ma liste d’opus à acheter.